moire de soie

Reps de soie moiré. 1880-1890. Probablement fabriqué dans les anciennes manufactures de soie de Saint-Étienne, France. Collection Martine Delaune. ©Dorine Lambinet.

Moire de soie. [n.f]. ■ 1) La moire est une technique d’ennoblissement textile, principalement connue pour son utilisation sur la soie. Elle apporte à l’étoffe cette impression changeante irisée, cet aspect moiré. ■ 2) principe technique : Une fois l’étoffe en soie réalisée, elle est passée entre deux rouleaux très chauds, l’exercice de la pression et de la chaleur entre ces deux rouleaux modifie définitivement la matière, car elle vient écraser les grains du tissu.  ■ 3) ndlr : La moire est une technique d’ennoblissement qui s’est perdue. On trouve cependant encore aujourd’hui, dans les quelques merceries de Barbès, des rouleaux de rubans moirés. Mais leur fabrication synthétique en polyester les rend inévitablement très « kitch ». C’est vrai, ils sont laids. Non seulement parce que la brillance d’une soie est différente, mais aussi parce que la moire d’avant était légèrement irrégulière – ce qui en faisait toute la beauté-  : alors peut-on vraiment parler de moire ? Peut-on vraiment comparer ces copies fades à la moire de soie dont vous voyez les échantillons ?  La vraie moire –en tout cas, celle qu’on aimerait retrouver chez Hériade- c’est celle décrite ici

Pure question d’écrasement du grain de ces étoffes, diront les techniciens et physiciens, de jeux de la lumière sur une surface brillante où elle s’accroche, se réfléchit inégalement, capricieusement ; mais, à un autre point de vue, celui de l’esthétique, résultat souvent plein de charme et de séduction, combinant, avec la part d’imprévu que réserve l’action des machines à moirer, toute la somme des efforts préparatoires savamment exercés.La Soierie de Lyon, extrait : La Moire. (1923, Lyon). Édité par le Syndicat des fabricants de soieries de Lyon, p749. Bibliothèque nationale de France.

■ 4) ➙ à ne surtout pas faire : La moire a une présence particulière, et même si elle est réalisée dans une belle matière et en finesse, il faut savoir l’utiliser avec subtilité. L’accorder avec des matières qui en révèlent le jeu d’optique plutôt que de l’ancrer dans un vocabulaire très démonstratif… –Donc : non, non, pas d’hermine avec la moire de soie svp #toomuch

Paul Delaroche. (1845-1846). Portrait du comte Narcisse-Achille de Salvandy, grand-maître de l’Université. Huile sur toile. Musée du Louvre, Paris. ©Dorine Lambinet.

 

 

Laissez un commentaire !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *